Le mythe du sexe à 400 calories

Avez-vous entendu qu’un rapport sexuel peut compenser une ration de frites ? Ou remplacer votre sport quotidien ? Malheureusement, ou fort heureusement, il faudra plus d’un rapport par jour pour réussir à brûler 400 calories.

Ce qu’il y a de formidable avec Cosmopolitan et autres journaux people-sexe-mode, c’est qu’on peut parfois y croiser des articles scientifiques sans aucune source, ni explication. Par exemple celui-ci : le sexe à 400 calories.

C’est bien simple, selon Cosmopolitan, il y a 2 types d’actes sexuels, ceux dans lesquels vous dépenserez 200 calories, et ceux pour lesquels vous dépenserez 400.

Voici donc la liste des choses a éviter (uniquement 200 calories) : préliminaires habituels, positions couchées, sexe tranquille, l’amazon, sexe assis, sexe en chambre, petit coup rapide, le missionnaire.
Et la liste des actes à réaliser tous les soirs (400 calories) : supplément taquin, positions debout, sexe tai-chi, l’amazone au grand trot, le sexe perché, le sexe partout ailleurs (sauf dans la chambre), le petit coup pas rapide, et les pompes.

Apparemment, aucune étude n’est citée, le temps n’est pas non plus une donnée à prendre en compte, il suffit de les croire.

Un peu de sérieux !

Une étude canadienne a essayé de mesurer exactement le nombre de calories perdues lors d’un rapport sexuel. Pour être aussi proche de la réalité que possible, les mesures ont été réalisé sur les participant de 18 à 35 ans, chez eux, sans alcool, ni substances érectiles.

Les résultats montrent que Cosmopolitan a faux sur toute la ligne, et pas qu’à moitié en plus. La durée moyenne du rapport est de 25 minutes, pendant lesquelles 69 calories sont consommées chez les femmes, 101 pour les hommes. C’est entre 3 et 4 calories par minute (6 ou 8 framboises, pour parler en unité de fruits d’été).

L’intensité des rapports varie en 5,6 et 6 MET, ce qui correspond à une activité physique moyenne. Pour information, le sommeil a un MET de 0,9 et un sprint à 20km/h un MET de 19.

Ces résultats sont à modérer car les Parisiens se dépensent sûrement plus que les Québécois lors de l’acte et sont aussi plus endurants…. À non pardon, ça c’est les Marseillais.

Le mythe du sexe à 400 calories

Source

 

Laisser un commentaire